Indemnisation perte d'exploitation de son entreprise à la Réunion : 5 pièges à éviter

Indemnisation perte d'exploitation de son entreprise à la Réunion : 5 pièges à éviter

Une garantie perte d’exploitation est l’assurance d’une reprise d’activité en toute sérénité, après un sinistre. C’est elle qui va vous permettre de faire face à une baisse, voire un arrêt total, de votre activité. AEA, expert d’assuré, vous aide à prendre les devants ! Voici les 5 pièges à éviter, afin d'être certain de pouvoir bénéficier d’une parfaite indemnisation perte d’exploitation de son entreprise à la Réunion, en cas de sinistre.

Mal évaluer les capitaux à assurer et la période d’indemnisation

Ne sous-estimez pas vos capitaux et le nombre de mois d’indemnisation, pour payer une police d’assurance moins chère : vous pourriez le regretter ! Pour quelques centaines d’euros économisés, vous risquez d’en perdre plusieurs milliers.

Bon à savoir 💡 : pour une parfaite garantie de vos risques à couvrir, faites appel à un expert d’assuré à la Réunion. Il vous accompagnera et vous conseillera dans le calcul des sommes, des périodes à assurer, et pour bien d’autres termes de votre police d’assurance.

Ne pas vérifier votre plafond d’indemnisation, vos franchises et les exclusions de garanties 


Lors de la signature d’un contrat d’assurance professionnelle, il y a beaucoup d’éléments à vérifier, dont les plafonds d'indemnisations et les franchises. Pourquoi ? 

Parce que si votre plafond d’indemnisation est trop bas, vous allez toucher des indemnités minimes par rapport au préjudice subi et vous allez devoir compléter des sommes parfois importantes, pour arriver au bout des réparations, ou pour tenir financièrement jusqu’à la reprise totale d’activité.

De même, si vos franchises sont trop élevées, il vous faudra aussi débourser beaucoup d’argent !

Quant aux exclusions de garanties, elles doivent être limitées, clairement formulées et ne donner lieu à aucune interprétation possible, comme stipulé dans l’article L.113-1 du Code des assurances. Sans quoi, elles peuvent être déclarées comme nulles par un juge, le cas échéant ; ou être interprétées à l’avantage de l’assuré.

CTA LB1 Assurances pro téléchargement guide

Négliger les garanties complémentaires de l’assurance perte d’exploitation

Lorsque vous couvrez votre entreprise pour la perte d’exploitation, vous souscrivez à des garanties de base. Vous avez également la possibilité de contracter des garanties complémentaires.

Les protections de base d’une assurance perte d’exploitation couvrent la marge que vous auriez dû faire, si le sinistre n’avait pas eu lieu :

  • la perte de chiffre d’affaires ; 
  • les charges fixes de l’entreprise (salaires, loyers, taxes, impôts, etc.).

Les protections complémentaires peuvent prendre en charge :

  • les pénalités de retard, le cas échéant ;
  • les frais supplémentaires additionnels permettant de réduire la perte de clients. 

Les garanties complémentaires peuvent être indispensables dans certains cas d’indemnisation de perte d’exploitation de son entreprise à la Réunion. Par exemple, vous êtes dirigeant d’une société de construction de machines industrielles et vous avez signé un contrat avec un client stipulant que vous devez lui livrer plusieurs appareils à une date précise. Passé cette date, vous serez redevable de pénalités de retard, étant donné que l’absence de ces outils pénalise votre client. Or, vous êtes victime d’un dégât des eaux, vous empêchant d’honorer votre commande dans les temps. La garantie complémentaire prendra alors en charge ces pénalités de retard. Celles-ci peuvent parfois être élevées, si les travaux de remise en état de votre entreprise durent dans le temps.

Ne pas respecter les délais

Votre contrat est clair : vous êtes dans l’obligation de respecter certains délais de déclaration de sinistre et de demande d’indemnisation. Si vous ne le faites pas, votre compagnie d’assurance peut vous opposer un refus d’indemnisation de vos pertes d’exploitation. Donc, un conseil : replongez-vous dans votre contrat d’assurance, dès la survenue d’un sinistre !

Bon à savoir 💡 : la plupart des contrats prévoient un délai de 5 jours ouvrés pour déclarer des dommages subis par votre entreprise. Néanmoins, dans la pratique, la compagnie d’assurance devra prouver que la non-déclaration d’un sinistre dans les temps demandés, lui a porté un réel préjudice (manque de chance pour exercer un recours, aggravation de sinistre avec le temps, …), avant de pouvoir formuler un refus catégorique de prise en charge.

Vous vous trouvez actuellement confronté à des préjudices subis par votre entreprise, savez-vous comment réagir ? Pas de panique ! AEA, expert d’assuré, vous conseille et vous accompagne : prenez contact avec nous !

Contactez-nous

Rester seul en cas de sinistre

Quel est l’intérêt de se faire accompagner ? Parce qu’en cas de coup dur, se sentir épaulé et conseillé par un professionnel est indispensable.

Un sinistre important dans une entreprise est un évènement très déstabilisant et le chef d’entreprise n’imagine pas toujours, de prime abord, tous les impacts qu’il peut avoir sur :

  • son propre moral et sa vie de famille ;
  • le moral de ses équipes et leur mobilisation, le facteur anxiogène sur le fait de perdre leur emploi ;
  • la perte de confiance de ses clients, fournisseurs et partenaires ;
  • les difficultés de trésorerie ;
  • le temps qu’il faudra passer à rassembler des éléments pour poursuivre l’activité et monter le dossier de réclamation : mise en place de chômage technique pour les salariés qui ne peuvent plus exercer, remaniement de tous les plannings tout en respectant le code du travail, négociation avec les banques, recherches de justificatifs qui ont parfois disparu dans le sinistre, rachats de matériel de première nécessité, relocalisation de l’activité, demande des reports d’échéances, et autres.

Vous ne savez pas vers qui vous tourner en cas de sinistre ? Un expert d’assuré, grâce à ses compétences et ses connaissances dans le monde de l’assurance, saura vous aider au mieux dans le processus d’indemnisation perte d’exploitation de votre entreprise à la Réunion. Voici le soutien qu’il peut vous apporter :

  • chiffrage des pertes et des montants d’indemnisation ;
  • participation aux réunions d’expertise contradictoires, pour faire valoir vos droits ;
  • négociation avec votre assureur
  • suivi de la remise en état et du redémarrage de votre entreprise.

 

Se faire accompagner par un avocat, peut aussi s’avérer nécessaire dans certains cas. La crise sanitaire mondiale de Covid-19 a été une parfaite illustration du bras de fer qui peut parfois opposer assureurs et assurés. En effet, face au refus d’indemnisation des pertes d’exploitation liées à la Covid-19, de nombreux assurés se sont opposés aux décisions prises par leur compagnie d’assurance et ils ont dû se faire aider pour porter leur réclamation sur le plan judiciaire.


Pour en savoir plus sur comment optimiser ses contrats d’assurance professionnelle à La Réunion, consultez notre page dédiée à l'optimisation de vos contrats professionnels à La Réunion, ou téléchargez directement notre guide.

CTA LB1 Assurances pro téléchargement guide